Faits saillants sur la distraction au volant

Le cerveau humain n’est pas conçu pour exécuter plusieurs tâches à la fois, il traite les informations l’une après l’autre. Donc, soit le cerveau conduit, soit il fait autre chose.

Un conducteur distrait ne voit pas jusqu’à la moitié de l’information disponible dans son environnement. Il regarde sans voir ce qui se passe autour de lui.

Principales sources de distraction

Les sources de distraction sont variées. Elles peuvent venir de l’intérieur comme de l’extérieur du véhicule. L’attention du conducteur est constamment susceptible d’être détournée vers des tâches ou des activités souvent liées à notre mode de vie.

Les principales sources de distraction sont :

  • Utiliser un téléphone cellulaire (appel, texto, navigation Web)
  • Fumer
  • Boire ou manger
  • Manipuler la radio, le GPS, des CD, etc.
  • Interagir avec des passagers

Perception des Québécois à l’égard de la distraction au volant

Un sondage mené en 2014 pour le compte de la Société de l’assurance automobile du Québec révèle que :

  • Les adultes québécois, dans une proportion de 95 %, considèrent que la distraction au volant est un problème très grave ou assez grave.
  • 88 % estiment que les conducteurs québécois sont très souvent ou assez souvent distraits.
  • Lorsqu’ils évaluent leur propre comportement cependant, leur perception est différente. En effet, seulement 12 % des conducteurs estiment être très souvent ou assez souvent distraits, refusant de se considérer comme faisant partie du problème.

Les technologies, source importante de distraction

La place prépondérante des technologies dans le quotidien des gens fait en sorte que les sources de distraction au volant sont maintenant plus nombreuses. Pensons à la présence accrue d’appareils électroniques variés à bord des véhicules ainsi qu’à la popularité des téléphones intelligents. L’utilisation de toute cette technologie augmente les risques d’accidents.

Accidents causés par la distraction

Les accidents avec blessés ou décès causés par la distraction sont surreprésentés, particulièrement :

  • sur les artères principales
  • aux intersections
  • sur les routes où la vitesse permise est de 50 km/h
  • lorsque les conditions de conduite sont facilitées (temps clair, surface sèche, route droite)
  • entre 12 h et 18 h
  • vers la fin de la semaine (jeudi et vendredi)
  • de mai à septembre

Chez les piétons et les cyclistes

  • L’utilisation d’un téléphone cellulaire et le port d’écouteurs rendent les piétons et les cyclistes vulnérables aux accidents parce qu’ils sont moins attentifs à leur environnement.
  • La distraction est l’une des causes les plus souvent mentionnées par les policiers concernant les accidents avec blessés ou décès impliquant des véhicules et des piétons, ou des véhicules et des cyclistes, au Québec.

Source: SAAQ

Archives